Google+ Followers

vendredi 26 décembre 2008

Il biglietto d'auguri di Britney Spears


La carte de vœux de Britney

La chanteuse ne déroge pas à la tradition des vœux et a envoyé à ses proches une carte sur laquelle elle pose avec ses fils devant le sapin.

Si le tableau semble kitsch au possible, le résultat est plutôt amusant, surtout le cliché où elle affuble Jayden James et Sean Preston de ses lunettes.

Sarah Palin pour PETA


Balancez des boules de neige sur
Sarah Palin pour sauver les animaux...
Fatigués de balancer des chaussures à la tête de George Bush?

Essayez les boules de neiges sur Sarah Palin.

Le petit jeu en flash a été mis en ligne pendant les vacances par PETA (un organisme qui défend les droits des animaux).

PETA entend ainsi s’attaquer «aux célèbres ennemis des animaux». Sur leur liste noire: Madonna, les «trollsen twins» (les jumelles Ashley et Mary-Kate) qui s’affichent parfois avec de la fourrure, le défunt Charlton Heston, ou donc Sarah Palin, qui ne dit jamais non à une petite partie de chasse au caribou par -10°.

De prime abord, rien de bien méchant (on est dans le domaine de la parodie cartoon, avec une Palin en bikini et manteau de fourrure).

Sauf qu’on s’échange coup pour coup entre le camp de la gouverneure de l’Alaska et l’organisation.

«Retirez le jeu ou on se retrouve au tribunal»

Mardi, PETA publie un billet sur son blog expliquant avoir reçu un coup de fil d’une personne disant faire partie de l’équipe Palin, menaçant de les poursuivre en justice si le jeu n’était pas retiré illico. D’après Politico, alors que PETA demandait le nom de l’interlocuteur, ce dernier a raccroché sur un «vous lirez mon nom sur l’acte d’accusation».

Sauf que voilà, le camp Palin jure que personne n’a décroché son téléphone, et relève qu’il peut s’agir d’un canular de n’importe qui. S’en suit un échange de mails pas vraiment civil.

Le dir’ com de l’ex-candidate le jure, Sarah Palin «se fiche» des boules de neige. «On sait qu’on est une cible facile, ça fait partie du jeu».

lundi 22 décembre 2008

Anne ..Magnifique!!

Davvero ..magnifique!!
Bravo Lancôme!!

USB e fantasia


Scodinzola, balla e... diffonde musica: basta collegarlo tramite un jack a lettori CD, MP3, computer.
Ma va educato: e se gli tiri la coda?
Si arrabbia sì, però non morde. http://www.hasbro.com/

Fantasia alla consolle!!
Che si tratti di chiavette, penne o memorie di massa portatile - chiamatele come più vi piace -, amplificatori, webcam oppure oggetti dall’uso non ben identificato, l’unica cosa di cui si ha bisogno per soddisfare quell’irrefrenabile voglia di decorare la scrivania con gadget utili&futili ma tanto, tanto carini è una comunissima porta USB...

Scoprire Milano con Rachele


La Milano della moda, la Milano del design.

La Milano delle feste e del superlusso. La Milano della corsa contro il tempo.
La Milano della tecnologia e della creatività.

“A Milano, la città che amo, dedico le mie foto: riflesso di un’atmosfera metropolitana silenziosa, tranquilla, vera. Un momento in cui la nostra città si ferma per lasciarsi osservare, scoprire, immaginare…”
Parole di Rachele Conti, 17 anni, studentessa milanese del Liceo Artistico Meucci di Milano. Giovanissima e appassionata di fotografia, Rachele ha iniziato la sua avventura artistica immortalando l’anima di una “Milano che sogna, che non ha rumori.
Che agisce silenziosa in una quiete eterna”.


In anteprima, su http://www.elle.it/, una doppia gallery di immagini con gli scatti milanesi di Rachele, per vivere la moderna magia di una città elegante, veloce ed espressiva.

La Perla per Natale



Per Natale un'idea di regalo glamour e portafortuna : la lingerie rossa..



Foto Collezione "DESIRE"
Allure vintage per la piuma ricamata su tulle trasparente, leitmotiv grafico dall'impatto leggero e ricercato, che reinterpreta un design tratto dall'archivio storico de La Perla.

Un omaggio discreto a uno dei feticci di stile della diva, reso ancor più sofisticato dagli inserti in raso di seta e dai delicati giochi di trasparenze che regalano un tocco di peccaminosa leggerezza a tutti i capi della collezione.

Per la palette cromatica, il nero ed un inedito acciaio accompagnano tocchi di intenso rosso rubino.

Per natale io punto sul rosso e il nero!


Uno stile red & black.
Per il pranzo natalizio, io punto su un outfit elegante e superluminoso, all’insegna di tessuti lucidi nel colore delle feste, accessori vinilici e scarpe à la garçonne.
Un giacchino aderente in fresco di lana, Mauro Grifoni (179 euro), da portare con una maglia leggera in seta e cashmere, P.a.r.o.s.h. (55 euro) e una gonna a balze superfemminili, Blugirl (88 euro).
Tocco di classe con un una coppia di accessori trendy, come le stringate in cuoio dalla punta affusolata, Emanuela Passeri (138 euro) e la maxipochette con laccio in vernice, Vi Vi Vee (34 euro).
Tutto dal catalogo YOOX.COM.
Foto : grintosa e supertrendy con il minitailleur rosso fuoco, da portare abbinato ad accessori neutri, DKNY autunno/inverno 08-09.

Fragonard à Besançon


Besançon possède la plus importante collection d’oeuvres de Fragonard en France.

Cet ensemble exceptionnel de plus d’une centaine de dessins et peintures, Besançon la doit à Pierre-Adrien Pâris (Besançon, 1745-1819), architecte de Louis XVI et grand collectionneur qui, à sa mort, fit don de ses richesses à sa ville natale.


Parmi ce fonds de tout premier ordre, composé essentiellement de dessins, le public pourra admirer une magnifique et célébrissime suite de dix sanguines de la villa d’Este à Tivoli, chefs-d’oeuvre de l’art du dessin au XVIIIe siècle.

dimanche 21 décembre 2008

300.000 € per un albero di Natale!


Palermo: polemica per un albero di Natale costato 300mila euro!
E' polemica a Palermo per la decisione del sindaco Diego Cammarata di impegnare 300 mila euro per la collocazione di un albero di natale in piazza Politeama.

Critiche arrivano dal Pd e dall'Mpa.

"Una decisione che lascia sgomenti. Mentre le famiglie affrontano le festività tirando la cinghia, il Sindaco getta il denaro pubblico", dice Alessandra Siragusa, parlamentare del Partito Democratico.

"Non condividiamo la scelta del sindaco di impegnare questi soldi per addobbare a festa la città mentre le difficoltà delle famiglie e la crisi economica soffocano Palermo", aggiunge il capogruppo Movimento per l'Autonomia al comune di Palermo

L'albero di Natale nemico del pianeta


Global warming, inquinamento, costi del petrolio, energie rinnovabili, sono locuzioni che troviamo ormai familiari.

L'ecologia è un tema che, per fortuna, sta diventando fondamentale nell'agenda politica dei paesi di tutto il mondo.
Ogni giorno ognuno di noi dovrebbe contribuire nel suo piccolo a diminuire gli sprechi per salvare la Terra.

Il nostro impegno deve necessariamente passare anche per una particolare attenzione per il risparmio energetico, in grado di garantire un futuro al nostro pianeta e alle sue specie viventi. E allora eliminiamo lo stand-by degli elettrodomestici, usiamo più spesso i mezzi pubblici, impiantiamo pannelli fotovoltaici.
Non basta.

Perché in questo periodo anche l'albero di Natale può diventare un nemico del pianeta.
Se fino a poco tempo fa, infatti, gli ecologisti ci spingevano ad acquistare alberi finti in modo da bloccare la deforestazione e salvare piante che sono fondamentali per l'assorbimento di Co2, adesso invece ci sconsigliano di optare per gli alberi in PVC, materiale i cui costi di smaltimento sono altissimi.
Dunque la cosa ideale per avere un Natale “più buono” anche per l'ambiente sarebbe quella di acquistare alberi veri curandone particolarmente le radici, in modo che sia possibile ripiantarli una volta finite le feste.

In questo modo, garantendo la sopravvivenza dell'albero, si tutelerà la vita della pianta così come quella del pianeta, e si ridurranno le quantità di materiali artificiali da smaltire.
D'altra parte, però, c'è sempre chi dissente, argomentando che dopotutto, gli alberi artificiali garantiscono una durata decennale che comporta un minore investimento economico per le famiglie ed evita disboscamenti e maltrattamenti agli alberi, che in ambiente chiuso si seccano perdendo rami e aghi.

Fra 9 mesi arriva la nuova Porche




Fra nove mesi nascerà la nuova ammiraglia
Porsche, la Panamera, praticamente come
una gravidanza e, in effetti, l'attesa e' simile
a quella per una nuova vita, perche' la
Porsche Panamera non giunge certo per passare
inosservata.


La casa automobilistica tedesca ha diffuso le prime
foto del suo gioiello.

La Porsche Panamera colpisce prima di tutto per le sue dimensioni e per il profilo aerodinamico. Lunga 4,97 metri, larga 1,93 e alta 1,41, la Panamera ricorda le curve morbide della 911, soprattutto nella parte anteriore.
Le linee aerodinamiche sono molto allungate e si slanciano fino al posteriore, con i proiettori che seguono il profilo del portellone.

Grande e potente, la Panamera si colloca contemporaneamente nel mercato delle supersportive ed in quello delle berline di lusso, grazie ai quattro posti effettivi per adulti e ad un bagagliaio da 450 litri di capienza.

Sotto il cofano, un V6 aspirato da circa 300 cavalli, oppure un V8, aspirato o turbo, da 400 e 500 cavalli.Sportivita', interni spaziosi e comfort si coniugano alla perfezione in questa vettura, che la Porsche produrra' in 20.000 unita' all'anno nello stabilimento di Leipzig, lo stesso della Cayenne e della Carrera GT. Smentite le voci di possibili collaborazioni con altri costruttori per limitare i costi; l'ammiraglia dovra' essere una Porsche "pura".

mercredi 17 décembre 2008

Le bon CV

Internet oblige, les recruteurs reçoivent de plus en plus de candidatures en réponse à une annonce, parfois même plusieurs centaines.
Résultat, ils doivent les traiter avec davantage de rapidité, surtout dans les secteurs où l’on s’arrache les bons profils.
Suivons le parcours de votre CV une fois entre leurs mains.
Un coup d’œil rapide, et son sort est scellé
Ne vous faites pas d’illusions, la première impression est toujours la bonne pour un recruteur. D’un œil acéré et en moins de 2 minutes (30 secondes dans certains cas !), il balaye votre CV à la recherche du lien entre le poste proposé et 3 informations principales :
vos compétences, votre expérience professionnelle, votre formation.
« Après ce premier tri, il reste en moyenne 30 à 40 % des candidatures reçues, déclare Sébastien Laboutade, DRH du groupe Altimate, car le reste ne répond pas aux exigences de l’annonce.
Cependant, d’autres éléments peuvent accrocher le recruteur :
des noms vendeurs (école ou entreprise connue) par exemple, ou toute information qui crée une « connexion » avec le poste à pourvoir.
Par ailleurs, comme l’indique Noël Feunteun, responsable recrutement pour GFI Informatique : « certaines entreprises sont plus ouvertes que d’autres, et retiennent des candidatures atypiques aussi ».
Une deuxième lecture plus attentive des CV retenus permet au recruteur de préparer la seconde phase de la sélection : l’appel téléphonique.
Un coup de téléphone décisif
Il reste toujours des questions en suspens après la lecture d’un CV.
Si vous avez passé la première étape avec succès, un appel téléphonique viendra le compléter.
Il s’agit d’abord pour le recruteur de vérifier certaines informations.
Si vous avez déclaré être bilingue par exemple, il va vous tester (il est souvent déçu sur ce point d’ailleurs !).
Certains ont inscrit qu’ils sont diplômés, on découvre qu’ils sont en dernière année d’études… d’autres se montrent plus évasifs sur leur poste actuel, etc. , relate Sébastien Laboutade.
Bref, une vérification qui n’est pas inutile !
Cet appel permet aussi au recruteur d’éclaircir les « zones d’ombres » de votre CV (pourquoi des changements d’employeur fréquents, pourquoi ne pas être allé au bout de tel diplôme…) et de vous questionner sur d’autres aspects tels votre mobilité, votre disponibilité, et parfois même vos prétentions salariales.
Mais ce n’est pas tout.
Il veut « sentir » votre personnalité : comment vous vous exprimez, si vous êtes à l’aise, toujours motivé pour le poste, etc.
Ce second écrémage permet de conserver 15 à 20 % des candidatures initiales.
Les profils qui semblent les plus pertinents se verront proposer un rendez-vous rapidement.
Ce qu’ils apprécient:
Soignez la forme : vous gagnerez des points.
Si le CV est précis et synthétique, on en déduit logiquement que la personne est rigoureuse , confirme Sébastien Laboutade. -
Mettez un titre (et le bon) : trop de candidats oublient encore de mettre un titre ; certains le font mais il ne correspond pas toujours au poste.
Allez à l’essentiel : rien de plus agaçant que de chercher l’information dans un CV.
Elle doit sauter aux yeux du recruteur.
Les compétences-clés doivent être mises en avant.
Si on est bilingue cela doit apparaître de suite , conseille Noël Feunteun.-
Donnez des informations factuelles : tel un détective, le recruteur apprécie les faits, et encore les faits.
Pour les commerciaux, indiquez des chiffres, pour les managers, le nombre de personnes encadrées…
Les CV qui les font fuir-
Le CV intitulé « Curriculum Vitae » : bien sûr que c’est un CV, pas besoin de le préciser…-
Le CV rempli de fautes d’orthographe est la bête noire des recruteurs, et ce quel que soit le secteur d’activité. C’est bien sûr carrément éliminatoire pour certains postes. -
Le CV « carnaval » : rempli de couleurs ou autres décorations, il perturbe fortement la lecture. Si ce n’est peut-être dans certains secteurs (et encore faut-il faire preuve de bon goût), il est à proscrire.-
Le CV qui veut trop en dire : « ce matin encore, j’ai reçu un CV de 16 pages ! », raconte Sébastien Laboutade. Vraiment trop pour quelqu’un qui n’a que quelques minutes à vous consacrer. N’oubliez pas que votre CV ne doit pas tout dire, mais donner envie de vous rencontrer.-
La photo prise avec la webcam : un peu floue, avec en arrière-plan le mur de votre chambre où trône un poster des Red Hot’… Mauvais effet garanti.

mardi 16 décembre 2008

Eros :le italiane preferiscono gli spaghetti alle vongole


Eros e cibo: le italiane preferiscono gli spaghetti!
Ostriche e champagne addio!

Per sedurre a tavola può bastare un semplice piatto di spaghetti. *Lo rivela un nuovo sondaggio europeo.
In tempo di crisi anche il gusto si fa sobrio.
Così le italiane, archiviati ristoranti e cibi sofisticati, invitano a casa il partner e cucinano menu intimi, ispirandosi alle ricette della tradizione.

È quanto emerge dalla ricerca Amore e Cibo lanciata dall'Osservatorio sull'amore di Meetic e condotta in cinque Paesi europei (Italia, Francia, Germania, Spagna e Gran Bretagna) su oltre 5mila persone, tra i 18 e i 64 anni.

Secondo lo studio, in Italia si assiste a un ritorno alla semplicità: il classico piatto di spaghetti (meglio se condito con vongole veraci) è considerato irrinunciabile dal 50 per cento delle italiane, in pratica da una donna su due.
A detta delle intervistate, il gesto di avvolgere gli spaghetti con la forchetta o, meglio ancora, quello di dividere uno spaghetto col proprio partner, crea una grande complicità, trasformandosi in un vero e proprio momento di seduzione.
Alla pasta si affianca non champagne, ma un buon bicchiere di vino italiano, per il 66 per cento delle donne italiano.

Diversa la situazione negli altri Paesi europei.

Per le donne francesi (66 per cento), il piatto top della seduzione è sofisticato e chic: ricette a base di cibi esotici accompagnati da champagne o vini pregiati.

Stile "caliente" per le Spagnole che puntano sul pesce ed eleggono il branzino al pepe verde piatto afrodisiaco per eccellenza. Da bere? Un buon bicchiere di fruttato vino bianco.

In Gran Bretagna, invece, per risvegliare la passione del partner due donne su tre (66 per cento) ricorrono alla cioccolata calda speziata al peperoncino oppure a cremosissimi Pudding.

Per il 76 per cento delle Tedesche, infine, il motore della seduzione a tavola si identifica con il dessert: una delicata Mont Blanc, ricoperta di soffice panna montata è il non plus ultra.

La felicità é contagiosa




Tendenze : la felicità è una cosa contagiosa!
Una ricerca rivela: la felicità agisce come un virus.
In attesa che la diffusione sia rapida e globale, i primi focolai cominciano nel mondo della musica, del cinema e della moda..

Il film di Natale:
Giunto da poco nelle sale
Happy go lucky, tradotto "La felicità porta fortuna", racconta il quotidiano normalmente eccezionale di una maestra capace di irradiare buonumore e riuscire simpatica a tutti.
Se ne discute sul Barbablog di Daria Bignardi

Così si irradia la felicità:
Sull'ultimo numero del British Medical Journal i professori James H. Fowler e Nicholas A Christakis raccontano nei dettagli i risultati di un loro studio pluriennale sui meccanismi di propagazione della felicità in una comunità di oltre 5000 individui.
Il dato più eclatante?
Pare che la felicità delle persone dipenda anche da quella degli individui con cui sono in contatto. Corollario: convivere con una persona felice, aumenta la felicità personale dell'8%.
Avere un amico che abita nel raggio di 1,5 km da casa, può renderci del 25% più felici.

Un libricino mantra:
Nasce come storia illustrata per i bambini ma in poche pagine (36) sa mettere di buon umore anche gli adulti (anche perché costa pochissimo).
Mister Sorriso è uno dei tanti personaggi smart inventati dall' inglese Hargreaves Roger, scomparso giusto 20 anni fa, rieditato oggi da Mondadori.

Manifestation des nus à Paris


Statut précaire, salaire navrant, fin du cornet, il n'en fallait pas plus pour les modèles des Beaux-Arts de la Ville de Paris pour monter au créneau.

Et ils l'ont fait à leur manière puisqu'ils ont posé nus devant la direction des Affaires culturelles à Paris, formant un joli tableau sur des airs de Radeau de la Méduse avec, en guise de haubans, les drapeaux de la CGT et de FO.
Pour protester contre des salaires en baisse, les modèles des Beaux-Arts ont posé nus lundi devant la direction des Affaires culturelles à Paris, au 31 rue des Francs-Bourgeois.

En majorité employés par la ville de Paris, ils protestaient contre une décision de la capitale d'interdire « le cornet », cette feuille de dessin enroulée dans laquelle les étudiants déposent un peu d'argent s'ils sont satisfaits de la prestation du modèle.
Cette pratique était encore tolérée, malgré son interdiction, pour compenser de très minces fiches de paie. Le cornet représentait un quart de leurs revenus, selon certains modèles.

Payés 10 euros de l'heure, certains, installés dans la profession, avouent souffrir car pour gagner correctement sa vie un modèle doit poser neuf heures par jour, dimanche compris.
De l'autre côté, les étudiants se plaignent de devoir donner de l'argent à chaque séance, en plus de leurs frais d'inscription annuels.
Telle est la raison invoquée par la directrice pédagogique des Ateliers beaux-arts de la ville de Paris qui a conduit à la suppression du cornet.
Une exposition intitulée Figures du corps, une leçon d'anatomie à l'Ecole des Beaux-Arts prévue jusqu'au 4 janvier 2009, offre aux modèles un nouvel appui.
Ils réclament un tarif horaire de 27 euros brut pour y participer.

De son côté, la mairie de Paris accepte de revoir sa position sur le statut précaire de ces modèles, en posant une condition, « il faut que l'Etat et l'Ecole des beaux-arts suivent », selon Christophe Girard, adjoint à la culture.

Femmes américaines : Internet mieux que le sexe


Près d'une Américaine sur deux (46%) pourrait se passer de toutes relations sexuelles pendant deux semaines, mais pas d'internet, selon une étude publiée lundi par le fabricant de microprocesseurs Intel.

En revanche, 30% des hommes seulement feraient le même choix, selon cette enquête menée auprès de 2.119 adultes par l'institut Harris Interactive.

Reste que l'accès à la toile est tout de même jugé "très important", "important" ou "assez important" par 95% des Américains. 87% estiment que l'internet leur a déjà permis d'économiser de l'argent, 78% qu'il leur permet de mieux rester en contact avec leurs amis et leurs proches.

Cette étude révèle en outre que la liaison internet est en tête des dépenses jugées incontournables: elle est privilégiée par 65% des Américains, devant l'abonnement à la télévision par câble (39%), les repas au restaurant (20%), les achats de vêtements (18%) ou un abonnement à un club de sport (10%).

Une large majorité (58%) d'Américains préfèreraient renoncer à la télévision pendant deux semaines plutôt que de renoncer à l'internet pendant une semaine.
Pas étonnant, relève Intel, dans la mesure où beaucoup de films et émissions de télévision sont disponibles avec une connexion à large bande.

L'enquête a été menée du 18 au 20 novembre et ne précise pas la marge d'erreur.

La culture française peut-elle s'exporter?



Photos: Catherine Deneuve pendant le tournage de «Place Vendôme» en 1998


Voilà un an que la polémique enfle autour de «la mort de la culture française». C’était le titre d’un article paru en 2007 dans le magazine «Time» et signé Donald Morrison; c’est devenu en 2008 un livre du même journaliste américain («Que reste-t-il de la culture française?», aux éditions Denoël). Entre les deux, 2008 a été un bon cru culturel pour l’Hexagone.

En effet, Marion Cotillard a emporté l’Oscar et le Golden Globe de la meilleure actrice pour son rôle dans «Edith Piaf». Jean-Marie Gustave Le Clézio a reçu le prix Nobel de la littérature. Et Laurent Cantet la palme d’or au Festival de Cannes pour le film «Entre les murs».

Quant à Vincent Cassel et Catherine Deneuve, ils tournent outre-Atlantique.
Où est le problème alors?
Pourquoi la culture française s’exporte moins bien que la culture américaine?
Les critères d’une bonne exportation Selon Donald Morrison, interrogé par 20minutes.fr, un produit culturel s’exporte bien à l’étranger s’il répond à quatre critères.

1. «S’il utilise des techniques de production d’envergure (effets spéciaux, têtes d’affiche…), comme celles dont les studios hollywoodiens se servent pour rendre leurs films impressionnants»
2. «S’il évoque des thèmes universels comme la vie, la mort et l’amour»
3. «S’il se fait l’écho du monde réel, que cela soit socialement, politiquement ou écologiquement. Le but: que l’oeuvre soit connectée avec le quotidien du lecteur-spectateur»
4. Et «s’il est doté d’un plan marketing fort». Grâce à cela, «le plasticien Damien Hirst, l’écrivain Philip Roth ou le ténor Luciano Pavarotti sont connus à l’international, quasi indépendamment de leur talent.»

Cible marketing
«La culture n'est pas un concours de beauté, on ne juge pas du niveau culturel d'un pays au nombre d'écrivains que peuvent citer les quidams à l'autre bout de la planète ni au Top 50 des meilleures ventes mondiales», fustige Jérôme Clément, le patron d'Arte dans «Le Monde» ce lundi.
La stratégie décrite par Morrison consiste à «cibler d’abord un public puis à élaborer un produit culturel qui collera à ce public», explique à 20minutes.fr Dominique Viart, professeur de littérature française à Lille-III et organisateur d’un colloque sur «la littérature française du XXe siècle lue de l’étranger».
On peut faire monter le buzz sur les romans de Michel Houellebecq, Christine Angot et Frédéric Beigbeder, reprend l’universitaire, mais ce sont des bouquins dont, trois ans plus tard, «on ne se souvient plus».
Au contraire, les «ouvrages qui restent se sont installés de façon plus insidieuse», comme «L’Elégance du Hérisson», de Muriel Barbery, «pas calculé pour marcher» et pourtant arrivé parmi les meilleures ventes de romans français en 2007.
«La littérature française ne fonctionne pas sur des coups commerciaux, insiste Dominique Viart, elle donne la part belle à la créativité de son auteur et à la sensualité des mots.»
Pas au fait que les personnages des fictions, bien typés, seraient «susceptibles d’être adaptés au cinéma, comme le pratique la littérature américaine.»
Protectionnisme culturel?
Or cette recette franco-française ne convainc pas toujours.
Est-ce à cause d’un quasi-protectionnisme anglo-saxon?
La ministre de la Culture Christine Albanel le déplore depuis plusieurs mois: «Si la France accueille beaucoup de films étrangers, ce n’est pas vrai de tous les autres pays, dont certains ne sont pas si accueillants.
Quand les Etats-Unis ont interdit "Les Choristes" au moins de 12 ans, c’est une mesure d’entrave.»
Outre Proust, Beckett et Beauvoir, étudiés dans les milieux universitaires, «la culture américaine et hispanique d’importation s’auto-suffisent outre Atlantique, reprend Dominique Viart.
Du coup, ils traduisent très peu de littérature étrangère».
Au final, voir ou lire de la culture française, c'est «faire acte de résistance contre la la globalisation américaine».
Presque un acte politique.

mercredi 10 décembre 2008

Playboy déshabille Emma de Caunes


Décidément, le magazine français Playboy réussit à faire poser nues celles… qu'on n'attend pas ! Après Juliette Binoche et Lou Doillon, c'est au tour de l'actrice Emma de Caunes d'être la star du numéro de janvier 2009 !
La fille d'Antoine de Caunes a été shootée sous tous les angles par la talentueuse

Ellen Von Unwerth.
"L'idée me faisait marrer mais cela dépendait vraiment du photographe.

Je voulais le faire avec quelqu'un qui respecte ma personnalité et avec qui je m'amuse.

J'ai vraiment passé ma journée dans la peau d'une fausse Marie-Antoinette, trashy, punky. C'était hyper marrant.

Pour le coup, je l'ai vraiment pris comme un rôle."
Et qu'en a pensé son papa ?

dimanche 7 décembre 2008

Changement à La Scala


La direction de la Scala de Milan a annoncé sans explications que le ténor américain

Stuart Neil interprétera le rôle titre du Don Carlo de Verdi lors de la première dimanche soir à la place de Giuseppe Filianoti.

Le bref communiqué de la Scala a annoncé ce remplacement moins de 24 heures avant la prestigieuse représentation artistico-mondaine dont la diffusion en direct est programmée par de multiples chaînes de télévision étrangères.

Giuseppe Filianoti, prévu pour ce rôle, avait assuré vendredi l'avant-première devant 1.700 jeunes enthousiastes invités au prix attractif de 10 euros. Cependant, malgré la règle de l'embargo imposée aux médias avant la première, des informations avaient fait état d'un Don Carlo en petite forme vocale.

Le ténor italien a laissé éclater son amertume dimanche dans le Corriere della Sera, affirmant ne pas comprendre la décision de la direction du théâtre.

"Ils m'ont dit qu'ils font cela pour me protéger, qu'ils diront que je suis souffrant et que je ne peux pas chanter ni à la première, ni à la seconde" représentation, a-t-il raconté au journal milanais.

Selon lui, le remplacement ne lui a été notifié que pour les deux premières représentations.

Têtes couronnées, membres de la jet-set, politiques, patrons de l'industrie et de la finance et artistes de renom se pressent chaque année à la Scala de Milan pour les premières programmées le 7 décembre, jour de la Saint Ambroise, patron de la ville.

Le début de la saison à la Scala avait été marqué par l'annulation de plusieurs représentations en raison de grèves du personnel mais un accord signé lundi entre la direction et les syndicats a levé toute menace de ce type pour dimanche soir.

samedi 6 décembre 2008

El Che ha detto..



Siate sempre capaci di sentire nel più profondo

qualunque ingiustizia commessa contro chiunque,

in qualunque parte del mondo.

Ernesto Che Guevara

L'Italia é un paese di veline, le donne sono solo oggetti


L'accusa del Financial Times:
"Dimenticato il femminismo"

Per il giornale sono trattate peggio solo a Cipro, Egitto e Corea

Fin dal titolo, è un'accusa senza mezzi termini: "La terra che ha dimenticato il femminismo", sovraimpresso sul noto cartellone pubblicitario di Telecom Italia in cui Elisabetta Canalis, seduta a gambe incrociate con un telefonino in mano, piega il busto in avanti, in una posizione non proprio comodissima, rivelando una generosa scollatura.

E' la copertina dell'inserto patinato del Financial Times , che in un articolo di quattro pagine denuncia severamente il trattamento riservato alle donne nel nostro paese: l'uso di vallette seminude in ogni genere di programma televisivo, gli spot pubblicitari dominati da allusioni sessuali, il prevalere della donna come oggetto, destinata a stuzzicare "i genitali dell'uomo, anziché il cervello".

Non solo: secondo l'autore del servizio, Adrian Michaels, corrispondente da Milano dell'autorevole quotidiano finanziario, potrebbe esserci un legame fra l'onnipresenza di maggiorate in abiti discinti sui nostri mezzi di comunicazione e la scarsità di donne ai vertici della politica, del business, delle professioni in Italia.
Arrivato a Milano tre anni fa da New York insieme alla moglie, Michaels ammette di essere rimasto stupefatto dal modo in cui televisione e pubblicità dipingono le donne; e ancora più sorpreso dal fatto che apparentemente nessuno protesta o ci trova qualcosa di male. Come esempi del fenomeno, oltre al cartellone della Canalis per la Telecom, cita le vallette del gioco a quiz di Rai Uno L'eredità, la pubblicità dei videofonini della 3, le vallette di Striscia la notizia, l'abbigliamento della presentatrice sportiva Ilaria D'Amico di Sky Italia.

L'articolo considera quindi una serie di dati da cui risulta che le donne italiane sono fra le più sottorappresentate d'Europa nelle stanze dei bottoni: il numero delle parlamentari, 11 per cento, è lo stesso di trent'anni fa; nelle maggiori aziende italiane le donne rappresentano solo il 2 per cento dei consigli d'amministrazione (rispetto al 23 per cento nei paesi scandinavi e al 15 negli Stati Uniti); e un sondaggio internazionale rivela che la presenza di donne in politica, nella pubbica amministrazione e ai vertici del business è più bassa che in Italia soltanto a Cipro, in Egitto e in Corea del Sud.

"La mia sensazione è che il femminismo, dopo importanti battaglie per il divorzio e l'aborto, da noi non esista più", gli dice il ministro Emma Bonino, interpellata sul tema.

Altri fattori aumentano le difficoltà delle donne ad avere una diversa posizione sociale, osserva il quotidiano londinese: il lavoro part-time è raro in Italia (15 per cento della forza lavoro rispetto al 21 in Germania e al 36 in Olanda), cosicché le donne che cercano di giostrarsi tra famiglia e carriera sono spesso costrette a scegliere l'una o l'altra.

L'articolo ricorda un discorso del governatore della Banca d'Italia Draghi secondo cui il nostro è uno dei paesi europei in cui meno donne tornano all'occupazione dopo la maternità. Un altro motivo è che gli orari dei negozi ("impossibile fare la spesa il lunedì mattina, il giovedì pomeriggio, la sera e la domenica") complicano la vita della donna che lavora, su cui continua comunque a pesare la responsabilità di casa.

La lettera di Veronica Berlusconi pubblicata da Repubblica, in cui chiedeva le pubbliche scuse di Silvio per il suo comportamento con le donne, potrebbe segnalare l'inizio di un cambiamento, ipotizza Michaels.

Ma uno dei pubblicitari da lui intervistati avverte: "L'Italia è indietro nel modo in cui sono trattate le donne rispetto ad altri paesi, ma abbiamo un metro per giudicare cos'è accettabile diverso dal vostro. Gli uomini e le donne italiani non saranno mai come gli uomini e le donne britannici".

Donne italiane all'estero :premio "Femmes d'Europe 2008"

Nei giorni scorsi a Maria Rita Saulle è stato consegnato per l'Italia il premio ’’Femmes d’Europe 2008", per la sua lunga e prestigiosa attività internazionale in favore dei diritti umani e per la sua militanza in favore dell’uguaglianza uomo-donna.
Mentre il presidente Pöttering, in presenza delle dodici vincitrici nazionali, ha premiato l’ex ministro rumeno Monica Macovei.
Alla vincitrice italiana, la Professoressa Saulle, prima e unica donna giudice della Corte Costituzionale, è stata offerta anche la presidenza onoraria dell’associazione europea. Nel presentare le dodici candidate al premio europeo, vincitrici a livello nazionale, Rodi KRATSA, Vicepresidente del Parlamento europeo e Presidente dell’Associazione Internazionale per la promozione delle donne europee (AIPFE), ha ricordato che il riconoscimento è stato creato nel 1987 per rendere omaggio alle europee che contribuiscono, tramite la loro azione, alla realizzazione dell’Europa unita.
«Più che una competizione tra candidate - ha spiegato - il Premio permette una migliore visibilità dell’opera delle vincitrici a livello nazionale e può servire da modello d’impegno per l’impresa europea».
Ha poi spiegato che la procedura d’elezione ha posto in evidenza «donne esemplari» provenienti da orizzonti molto diversi, con esperienze professionali e sociali multiple, che condividono l’ideale di un’Europa «umana, democratica, efficace per i cittadini e solidale con tutti i popoli del mondo». Delle donne straordinarie, ha sottolineato, «che hanno reso il compito della giuria estremamente difficile».
Maria Rita Saulle, Professore ordinario di diritto internazionale nella Facoltà di Scienze Politiche dell’Università di Roma "La Sapienza" (la prima in Italia), dal 2005 è l'unica donna giudice della Corte Costituzionale.
In precedenza, oltre ad aver insegnato in diverse Università, istituendo anche nuovi corsi e dottorati di ricerca, è stata docente stabile di "Diritto delle Comunità europee" presso la Scuola Superiore della Pubblica Amministrazione. Ha svolto e svolge attività di conferenziere e relatore in congressi e convegni scientifici presso Università italiane e straniere e presso enti internazionali, ed è componente di diverse commissioni e comitati governativi, compresa la commissione nazionale per la Parità uomo-donna presso la Presidenza del Consiglio dei Ministri dal 1984 al 1992.
Esperta del Ministro per le Politiche Comunitarie dal 1991 al 1993, ha ricoperto vari incarichi internazionali, come ad esempio negoziatore per l’Italia della Convenzione delle Nazioni Unite per i diritti del bambino (1986-1989), membro della delegazione italiana alla Conferenza mondiale delle Nazioni Unite sulle donne (Nairobi 1985), delegata dell’Italia alla Convenzione mondiale sulle pari opportunità dei disabili, membro della delegazione italiana all’Assemblea Generale delle Nazioni Unite negli anni 1987, 1989, 1990,1991, 1999, capo delegazione al Colloquio del Consiglio d’Europa sulla violenza in famiglia del 1987, nonché vicepresidente della Conferenza mondiale dell’UNESCO su “Le donne dall’istruzione al lavoro" del 1987. Componente della delegazione italiana alle Conferenze dell’UNESCO dal 1981 al 2005, ha negoziato per l’Italia le “norme standard" approvate dall’Assemblea Generale dell’ONU nel 1992.
Nel 1996 il Presidente della Corte europea dei diritti umani l’ha nominata Presidente della Commissione per la restituzione dei beni immobili ai profughi ed ai rifugiati prevista dagli accordi di Dayton.
Nel 2004 ha formulato una definizione di “terrorismo internazionale”, proposta alle Nazioni Unite.
Ha pubblicato, in Italia e all’estero, 35 volumi, inclusi testi universitari adottati per l’insegnamento in varie Università italiane vertenti su temi di diritto internazionale, diritto internazionale privato, diritto dell’Unione europea, organizzazione internazionale e diritti umani. Dirige la collana "Scienze del Diritto e dell’Economia" edita dalle Edizioni Scientifiche Italiane.
Sul piano della divulgazione collabora a varie testate, per le quali ha scritto più di 800 articoli raccolti nel libro “Relazioni internazionali e diritti fondamentali, 1981-2005 - Cronache e opinioni”.

Chez Angelina à Paris






Dégustation de macarons d'exception, pour les fêtes, signés Swarovki chez ANGELINA, le salon de thé de la Rue de Rivoli à Paris.

En ce mois de décembre plutôt frileux on apprécie le mythique salon de thé Angelina pour son chocolat chaud et ses douceurs.
On l'aime d'autant plus cette année puisque l'on peut y déguster un macaron unique signé Swarovski.
Avec une coque argentée parsemée de violette cristallisée, ce macaron illumine nos papilles et nous donne une parfaite excuse pour faire une pause chez Angelina au milieu de notre journée parcours du combattant cadeaux de Noël.

Angelina 226 rue de Rivoli 75001 Paris ou 2 place Maillot 75017 Paris
La fiche du salon de thé : Voir







vendredi 5 décembre 2008

Best of blogs


BEST OF BLOGS CONTRO LA CENSURA

Sono i blog di denuncia, soprattutto quelli postati dai paesi in cui non c'e' liberta' di espressione, i siti che piu' di tutti continuano a dimostrare quotidianamente la potenza dirompente del web.

E' quanto si riscontra analizzando la lista dei premiati dal Best of the Blogs, l'iniziativa promossa annulamente dalla tv tedesca Deutsche Welle.

Il vincitore di quest'anno è Generaciòn Y, realizzato dalla cubana Yoani Sánchez, la quale per il suo weblog, che racconta la vita quotidiana vissuta sotto il regime di Castro, ha già ricevuto riconoscimenti internazionali (che però non ha potuto ritirare) e ha suscitato l'ira del dittatore comunista.

Il titolo di ''Miglior Videoblog'' è stato assegnato, invece, a Voices of Africa.

Si tratta di un sito redatto in inglese da giornalisti muniti di smartphones che postano da diverse parti dell'Africa notizie sulla cronaca locale.

Il sito russo Radio Grinch ha vinto come ''Miglior Podcast'', mentre i premiati nella categoria ''Reporter senza frontiere'' sono 4equality (redatto da dissidenti iraniani)

e il blog di Zeng Jinyan, moglie del celebre difensore dei diritti umani in Cina Hu Jia, che descrive la sua vita sotto il costante controllo del regime.

I weblog valutati sono scritti in undici lingue: arabo, cinese, francese, indonesiano, inglese, olandese, persiano, portoghese, russo, spagnolo e tedesco.

I blogger di lingua italiana, dunque, non avevano alcuna speranza di essere menzionati.

samedi 29 novembre 2008

sexe et art à NY




Si un modèle, pointant ses longues jambes vers le ciel, commence à susciter des commentaires qui sortent du domaine artistique et bifurquent vers la concupiscence, s'agit-il encore d'un cours de dessin ordinaire?

Pour une trentaine de New-yorkais réunis pour une séance de Dr Sketchy (Dr Crobard), une "anti-école d'art" autoproclamée, qui a propagé à travers la planète son désir de retourner aux origines bohèmes de l'art, la réponse est clairement oui.
"Parfois, cela fait du bien d'être attiré par ce que l'on dessine, et ici c'est clairement le cas", clame ainsi Maria Hooper, 28 ans, en croquant son modèle, une fétichiste connue sous le nom de Mosh.

Les cours de dessin classiques font appel à des modèles nus, mais dans une atmosphère généralement neutre et silencieuse. Chez Dr Sketchy, c'est tout le contraire: lors d'une séance organisée le week-end dernier à New York, les artistes buvaient des cocktails et laissaient glisser leur plume au son du rock 'n' roll. La scène se déroulait dans un bar néo-burlesque, mouvement artistique inspiré des cabarets, baptisé Slipper Room.

Le fait que Mosh ne soit pas nue, mais plutôt vêtue d'une robe ultra moulante et très courte, d'une petite culotte noire minuscule et de talons vertigineux, ne semblait qu'ajouter à l'excitation.

"Je suis impatiente de voir les autres tenues qu'elle va porter", glissait Maria Hooper, costumière de théâtre.
L'idée de ces ateliers du Dr Sketchy est née dans le cerveau de Molly Crabapple, illustratrice à succès de 25 ans, qui voulait insuffler de la vie dans ce que les artistes décrivent souvent comme des scènes statiques.

Il existe désormais une douzaine de Dr Sketchy au-delà des Etats-Unis, de Glasgow à Singapour, en passant par Tokyo.
Tous utilisent la même formule: boissons corsées, atmosphère branchée, et modèles de style néo-burlesque; un cocktail détonant qui semble faire mouche à tous les coups.
"C'est très dynamique parce que les costumes et les modèles sont souvent des danseurs ou des artistes qui font des performances et donc ils ont des corps très dynamiques", a-t-elle ajouté.

La jeune femme, vêtue d'une robe courte qui révèle le haut de ses bas colorés, n'a rien contre les cours de dessin classiques, mais elle juge cette "anti-école d'art" plus pimentée.
"Il y a un contexte en plus. Cela stimule l'imagination", dit-elle.

Molly Crabapple affirme que son idéal artistique est le romantisme et le côté bohème incarné par le peintre français du XIXe Toulouse-Lautrec.
Avec cela en tête, elle encourage le "dessin-enivré", les blagues graveleuses et les comportements excentriques. Et elle veut des modèles qui soient des "bêtes de foire, des rockeuses, des amazones, ou des fétichistes".

"Chez Dr Sketchy, tout le monde est un artiste sérieux, mais c'est une façon d'entrer dans un monde fantastique, une version passée de ce qu'être artiste pouvait vouloir dire", explique Molly Crabapple.

Au Slipper Room, les croqueurs amateurs devaient débourser 10 à 12 dollars pour pouvoir dessiner Mosh, sur une estrade minuscule entourée d'un cadre dorée et de lourds rideaux.

Après plus de trois heures de pose, le modèle prenait des poses de plus en plus extravagantes, faisant la moue au public ou accentuant son regard mélancolique à travers sa longue frange blond platine.
"Dr Sketchy a un côté théâtral. C'est toute une histoire", explique Monica Hunken, 27 ans, une actrice qui utilise de l'aquarelle pour peindre une délicate version de la poseuse fétichiste.

Giorgio De Chirico in mostra


De Chirico in mostra a Roma con il ‘suo’ museo"
L’arte enigmatica di Giorgio De Chirico ospitata, dal
20 novembre 2008 al 25 gennaio 2009, alla Galleria Nazionale D'Arte Moderna a Roma.
A trent’anni dalla scomparsa del pittore la Galleria Nazionale d’arte Moderna e Contemporanea e la Fondazione Giorgio e
Isa De Chirico hanno riunito 100 opere dell’Artista per vagliare
il suo rapporto con l’arte del passato. In una sorta di museo immaginario, l’esposizione, che ha come titolo “De Chirico e il museo” presenta dipinti ispirati al passato che il pittore realizzò e tenne nel suo studio romano.
Con una sola grande scultura l’itinerario si articola in sei sezioni tematiche.
Mitologia e Archeologia mostra il rapporto dell’artista con il mondo classico, soprattutto la Grecia, sua terra natale, fatto di imitazione nel senso di comprensione dell’intima essenza del “mito” per crearne nuovi.
Con la Neometafisica assistiamo ad una ricapitolazione dei temi passati che tornano originali grazie per gli accostamenti inediti dei soggetti.

La sezione Copie da Antichi Maestri vuole essere un’ulteriore prova che il nuovo può essere espresso con un’icona antica; mentre La Grande Pittura mostra l’evoluzione della tecnica pittorica del Maestro verso la pittura ad olio, “la maniera di Renoir’, nell’esaltazione dei rossi e dei gialli.

Notevole la sezione Rubens: dopo gli anni trenta, infatti, la produzione di de Chirico è mutuata da quella di Rubens, il maestro prediletto.

L’ultima sezione, Opere su carta, infine, raccoglie i disegni in tema con la mostra, un’occasione per comprendre meglio il procedimento di lavoro attuato dall’Artista.

De Chirico e il museo Galleria Nazionale d'Arte Moderna

Viale delle Belle Arti 131, RomaFino al 25/01/2009

Le italiane padrone del proprio stile

Moda: secondo il sondaggio della rivista “Grazia”, le donne italiane scelgono il proprio look, senza farsi trascinare dal “fashion system”
Le donne italiane non si lasciano influenzare dalla moda del momento, ma decidono il proprio stile: lo rivela un sondaggio del settimanale “Grazia”, che mostra come le donne non sono vittime del “fashion system”, ma vere e proprie stiliste di se stesse.

La rivista, infatti, ha indagato sul rapporto delle italiane con la moda ed ha scoperto che le donne prediligono lo shopping, non possono fare a meno dei tacchi ed adorano le borse, ma non si fanno condizionare dalle tendenze.

Grazia, dunque, sottoponendo a 13277 lettrici un questionario (realizzato in collaborazione con la Facoltà di Design della Moda, Politecnico di Milano), ha dimostrato che ben un 65% delle donne italiane decide il proprio look, abbinando a scelta i capi, secondo il gusto personale.

Marcello!




Marcello de Cartier :una nuova borsa per una storia d’amore lunga una vita..
Marcello: l’ultima borsa nata dal savoir faire artigiano della maison francese, spontanea e sofisticata, declinata in varie versioni, è adatta a tutti i momenti della giornata e in qualsiasi situazione, ma sempre con l’inconfondibile eleganza firmata Cartier.
Per l’autunno-inverno 2008/2009 tre nuovi versioni che si aggiungono ai modelli classici.
Per la donna sofisticata Marcello si veste di coccodrillo in un chiaro-scuro sfumato nei toni del beige e del rosso; nubuck rosso, beige e bruno con bordi di karung per le giornate in...libertà; e infine la versione king size, per vivere un’intera giornata con Marcello, che impone le sue nuove misure concepite per un travelling cui non manchi nulla.
Per chi in questa molteplicità non fosse riuscito a trovare la borsa ad hoc, Cartier dà l’opportunità di personalizzare ogni dettaglio, e offre alle proprie clienti il servizio su misura, con la possibilità di realizzare una borsa che sia specchio di chi la indossa, unica e insostituibile come ogni donna sa essere.
Così Marcello si moltiplica e si adatta alla personalità di chi la sceglie: argento per l’elegante Chiara Muti o semplicemente nera, come l’ha voluta Monica Bellucci.

E per l’inverno Cartier ha in serbo una borsa da sera di coccodrillo nero, impreziosita da uno scintillante logo Maison di diamanti, espressione del talento orafo Cartier applicato alla pelle più pregiata. Un pezzo unico, solo su ordinazione, per un sogno che la maison parigina trasforma in realtà.
Il sogno di un compagno ideale, che finalmente ha un nome: Marcello!

Temoignage d'une française à Milan


Céline vit depuis 3 ans et demi à Milan.

Partie en Erasmus, elle travaille aujourd'hui dans la branche marketing d'un grand laboratoire. Elle nous livre son point de vue et ses adresses sur une capitale de la mode.
Céline est assistante marketing à Milan

Comment décririez-vous le style des femmes en Italie et à Milan : classique où à la pointe des tendances ?

Il faut distinguer les Milanaises des Italiennes.

Ces dernières s'habillent souvent comme bon leur semble, sans se soucier de la mode qui les entoure. Ce qui est presque impossible à Milan, tant la ville bat au rythme de la mode.!

A l'image de certaines Françaises, beaucoup d'Italiennes adoptent un style pratique, sobre, classique et recherchent avant tout simplicité, confort et qualité.

Rien d'extravagant donc. Mais une part non négligente d'entre elles, principalement les adolescentes, affichent un style "osé" voire "vulgaire" allant du look sportif (jean taille basse, converses, baskets, tee-shirts imprimés, vestes en cuir...) aux dimensions réduites des mini-jupes, t-shirts moulants, chaussures à hauts talons...

Les Milanaises suivent de près les évolutions de la mode, du moins autant qu'elles peuvent se le permettre. Elles sont donc souvent fières de briller avec des vêtements de marques célèbres et identifiables.

C'est par exemple le cas avec des accessoires comme des sacs à main Prada, Gucci, Dolce & Gabbana... Et que dire des lunettes de soleil qui doivent impérativement être de marque si l'on ne veut pas détonner !

A votre avis comment se démarque la mode à Milan par rapport à la mode française ?
"Chaque collection témoigne d'une recherche et d'un goût toujours renaissants"
Difficile d'imaginer ces deux capitales de la mode aux antipodes l'une de l'autre, tant elles se suivent dans les grandes lignes.

Chaque année, elles s'alignent au niveau des tendances et portent un même regard sur la mode, globalisation oblige...

Les différences se rencontrent davantage dans le style, l'originalité et la personnalité de chaque grand créateur.

Les Italiens, vrais maîtres en la matière, ne manquent pas d'inspiration et chaque collection propose des défilés hauts en couleurs, témoignant d'une recherche et d'un goût toujours renaissants. Mais si je devais parler de la couche moyenne des Italiennes, je dirais qu'on ressent moins cette recherche du style, d'une certaine féminité et du raffinement qu'à Paris.

Quels sont les grands créateurs présents ?
Est-ce vraiment nécessaire de mentionner les noms des plus grands créateurs comme Versace, Gucci, Dolce & Gabbana, Prada, Armani, Ferré, Loro piana, Max Mara, Valentino...?

Il semble donc difficile d'évoluer dans une telle ville sans être rapidement touchée par le souffle créatif qui sort des grandes maisons de couture italiennes.

Quels sont les vêtements tendance du moment ?
Le trench a le vent en poupe et le jean détient toujours le monopole.

Il séduit toutes les couches de la société qui adoptent en chœur la coupe slim, très en vogue à Milan.

Les Milanaises le portent en optant pour un style "casual" de jour, qui peut devenir très classique et élégant le soir.

Pour les chaussures, on retrouve les fameuses bottines, les bottes en tous genres, les escarpins...

Les bouts pointus ont presque complètement cédé la place aux bouts ronds ! Une nouveauté : voici venu le temps des richelieus.

Quelle "shoppeuse" êtes-vous ?
Bien que je puisse y prendre plaisir, le shopping n'est pas spécialement un loisir mais plus un besoin. J

e fais rarement les boutiques sans but précis. J'ai tendance à fuir les grands centres commerciaux.

Je préfère errer dans les rues de Milan à la rencontre de petites boutiques typiques. Là, j'espère à chaque fois trouver quelque chose d'original, qui puisse me correspondre, mais aussi d'abordable, ce qui n'est pas toujours facile. Pour le coup, rien en cela ne diffère de mes habitudes en France.

J'ai toujours privilégié la qualité et l'originalité à la banalité.

La solution à Milan se trouve dans les magasins de dégriffe, les Outlets, ou bien il y a le vintage... Je dirais donc que je fais partie de la catégorie des "shoppeuses" plutôt discrètes.

Quel a été votre dernier achat mode et pourquoi avez-vous craqué ?
Je me suis offert un trench noir chez Penny Black, ce beau magasin Corso Vittorio Emanuele !

J'ai craqué pour sa coupe super originale et le rapport qualité-prix relativement honnête.


Le carnet d'adresse de Céline à Milan ?
Si vous allez à la Rinascente place du Dôme, vous trouverez toutes les grandes marques réunies dans un seul et même magasin à plusieurs étages, équivalent aux Galeries Lafayette ou au Printemps en France : un incontournable pour qui veut se faire une culture mode.
Notez au passage que le Zara près du Dôme a une entrée magnifique unique en son genre, type Arts déco : à voir absolument.
Les rues Montenapoleone, della Spiga ou Sant Andrea rassemblent toutes les plus grandes marques. Nous sommes ici au cœur de la haute couture et de la mode milanaise. On ne peut pas venir dans cette ville sans se promener au moins une fois par là.

Le Corso Vercelli a aussi sa raison d'être.

Moins typiques mais stratégiques, le corso Buenos Aires ou bien la rue Torino sont deux grandes avenues bordées de magasins étrangement familiers (Zara, H&M, Camaïeu, Pimky, Promod, Benetton, Sisley, Mango...).
J'avoue avoir eu récemment un coup de cœur pour le magasin Blunauta (l'ex-Balloon) de la rue Dante, près du Castello Sforzesco, autre rue de prédilection pour toute shoppeuse confirmée. Là, vous ne trouverez que des tissus naturels, coton, lin, laine, cachemire et soie, pour des prix vraiment honnêtes.
Pour les chaussures, j'aime beaucoup le magasin Spelta de la rue Solferino à Brera, vraie référence en matière de ballerines (mais aussi escarpins, bottes,...), réalisées ici artisanalement.
Il y a aussi Mauro Leone, qui se trouve Corso di Porta ticinese, Penny Black, Liu Jo, Max Mara... Ils ont souvent de beaux articles mais ça c'est pour le régal des yeux, lorsque je décide de faire un peu de lèche-vitrine !

mardi 25 novembre 2008

Le MAF : Le mec à fuir!

Vous visez le long terme sentimental ?
Avant de vous jeter à corps perdu sur une target (une cible) potentielle apprenez à démasquer l'imposteur (le MAF : Mec A Fuir), en déchiffrant son look, ses manies, son appart', sa voiture, son entourage...
Pour nous aider, Hélène Prost dresse une liste (non exhaustive) de 25 spécimens à bannir de sa wish list.
Parmi eux, j'ai sélectionné quelques portraits assez familiers et pour cause, je les ai déjà fui !

L'Arriviste :
Son but ultime : arriver au statut social qui lui conférera son droit d'exister.
"Tout être inanimé ou vivant, représente un moyen d'ascension. "
Quelques indices pour le reconnaître : Il passe sa vie au portable (au cas où il aurait mieux à faire ailleurs et sans vous). Il analyse votre pouvoir d'achat en demandant les marques que vous portez, votre job, voir votre salaire. Il est griffé de pied en cap.
Le Grippe-Sou :
A ne pas confondre avec l'économe.
Le Grippe-Sou est bien pire et se répand comme la peste. Vous avez beau vous dire qu'avec l'inflation et la baisse du pouvoir d'achat, les temps sont durs mais là il y a des limites.
D'autant que paradoxalement, Le Grippe-Sou ne se prive pas pour se faire plaisir. Mais quand il s'agit de partager, l'addition par exemple, il n'hésite pas à faire le décompte si l'un de ses amis a pris un dessert. Pathétique.
Quelques indices pour le reconnaître : Pour votre premier dîner en tête-à-tête, il fait moite-moite, s'il vous invite, il paie en ticket resto et demande la monnaie ou il demande la facture (pour faire passer le diner dans les frais professionnels).
Le Jaloux :
Ça peut avoir son charme, surtout si c'est le sosie de George Clooney, jusqu'au jour où il vous offre un GPS pour vous localiser 24h/24 , il vous appelle à n'importe quelle heure, il vous suit.
Quelques indices pour le reconnaître : il vous demande rapidement en mariage, il vous encourage à démissionner, il fouille dans votre sac.
Le Nabab :
L'été à Saint Trop', l'hiver à Gstaad. Il connaît tous les lieux branchés de la capitale. Vous imaginiez avoir décroché ZE ONE : ne vous leurrez pas ! Il attendra la période Viagra pour se poser et se reproduire.
Quelques indices pour le reconnaître : il roule en Coupé sport, il sort sa Platinium plus vite que les autres pour régaler sa bande, il a tous les gadgets très chers à la mode .
Le Queutard :
"L'homme descend du porc"..
Rien ne sert de lutter : il n'y a aucun remède à cette réalité physiologique. Arrêtez de vous remettre en question, vous avez beau avoir le corps d' Eva Longoria et le QI de Sharon Stone, rien n'empêchera Le Queutard d'aller voir ailleurs.
Faites attention quand même, Le Queutard est sournois et peut vous attendrir en vous lançant qu'il rêve de fonder un foyer, que vous êtes spéciale, que vous êtes unique..
Quelques indices pour le reconnaître : il soigne son look au détail près. Il parle de lui, de ses qualités, il dit qu'il est sincère.

galeries d'art en ligne


Galeries d'art
en ligne :
Aujourd’hui en
matière d’art, inutile
d'arpenter les salles
de vente ou les galeries
pour acheter un tableau,
un dessin, une photographie
ou une sculpture.
Les galeries virtuelles,groupements d'artistes
et autres sites spécialisés se multiplient en effet sur la toile.
Ce nouveau mode de diffusion, encore méconnu, ouvre un peu plus le champ de l'art contemporain à tous les publics, et non plus seulement à quelques privilégiés.

En parallèle à la FIAC (Foire Internationale d'Art Contemporain, à Paris du 23 au 26 octobre) et parce qu’il y en a pour tous les goûts, MarieClaire.fr vous propose donc sa sélection de galeries d’art online, du style graffiti à la photographie en passant par les sculptures…

Style contemporain : www.emoluxe.com
Amateurs d'art à la recherche d'une œuvre originale et unique, Emoluxe répondra à vos attentes : le site propose actuellement des collections de vases, de tableaux et de pièces de forme en émaux, entièrement exécutée à la main, comprises entre 140 et plus de 2.000 euros. L'unicité de chaque œuvre est garantie par un certificat d'authenticité.
Emoluxe souhaite également promouvoir une sélection d'œuvres d'artistes renommés, telle l'émailleuse Mauricette Pinoteau, mais aussi de jeunes artistes particulièrement talentueux, à des prix abordables !

Pour faire connaître des artistes : www.galerie-art-virtuelle.com
Vous souhaitez acheter l'œuvre d'un peintre encore méconnu, ou vous faire connaître en tant qu'artiste, Gaviart (galerie d'art virtuelle en ligne) est alors fait pour vous.
Le site propose à chaque artiste, confirmé ou débutant, un espace d'exposition indépendant, et l'aide à se faire connaître. En tant qu'acheteur, vous en aurez également pour tous les goûts : peinture, sculpture, dessin, photographie, poésie, musique, et également pour toutes les bourses, les prix variant en fonction de l'artiste...

http://www.galerie-art-virtuelle.com/
http://www.emoluxe.com/

Photographies : www.cassegrain.org
Si vous êtes amateurs des grands espaces sauvages, le site du photographe Christophe Cassegrain propose une collection « vintage » et 52 paysages de Zion, Bryce, Arches, Gunnison, Paria plateau, Yosemite, Grand Canyon, Antelope Canyon, Mono lake, Colorado plateau ...
Tous les tirages sont ilfochromes (excellente qualité d'archivage, résistance aux attaques du soleil et pureté des blancs), signés et numérotés par l'auteur, pour des prix variant entre 200 et plus de 1.000 euros.

Des prix très abordables : www.carredartistes.com
Carré d'artistes propose une sélection de 30 artistes régulièrement renouvelés (un artiste par semaine) dont les œuvres sont comprises entre 54 et 276 euros.
Sur un marché souvent inaccessible, le site se veut être, pour les amateurs d'art, un moyen et adapté pour accéder à l'art contemporain.
Située à Lyon, la galerie Carré d´artistes organise également des ateliers d´art abstrait ou figuratif. Après une initiation aux formes, couleurs et perspectives, les enfants âgés de 7 à 11 ans, produisent leur chef-d´oeuvre en s´inspirant des modèles de la galerie. De quoi éveiller votre sens créatif !
http://www.carredartistes.com/

Style graffiti : www.blkmarket.net
Pour les aficionados de graffiti, Black Market est Le site incontournable !
Créé par Richard « SEEN » Mirando, figure emblématique du mouvement graffiti, et certainement celui qui l'a le plus influencé, le site regroupe des œuvres réalisées par les artistes qui ont créé les plus belles années du graffiti new-yorkais : Comet tc5, l'homme aux 25 000 trains, ou encore Cap Mpc, le «Graffiti artist» le plus controversé de tous les temps.
Aujourd'hui, alors que s'offrir une «pièce» d'un maître new-yorkais relève de l'inaccessible, SEEN souhaite proposer des œuvres à des prix accessibles pour tous : les œuvres son en effet comprises entre 150 et 6.000 euros. Grâce à internet, le chemin entre l'artiste et le passionné n'a jamais été aussi direct.
Le leitmotiv de Black Market : no agent ! no gallery !
http://www.blkmarket.net/

Des œuvres faciles d’accès : www.enviedart.com
C'est le site qu'on ne présente plus. Pour mettre l'art à la portée de tous, le site fait tout pour faciliter la tâche du néophyte.
Les pièces sont répertoriées par thèmes, par techniques, mais également par genres, par budgets et par couleurs.
Il y en a pour tous les goûts, mais pas forcément pour toutes les bourses : les œuvres sont en effet comprises entre 1.000 et 5.000 euros.
Le client peut même, à la demande, acheter une œuvre personnalisée, pour se sentir un peu artiste dans l'âme... Et pour les internautes qui veulent voir l'œuvre « en vrai », le site loue également des salles où il les expose

I 200 anni di Brera


Duecento anni per diventare grande.
Questa la parola d'ordine con la
quale stamani il sindaco di Milano
Letizia Moratti
e i ministri per i Beni Culturali e della Difesa,
Sandro Bondi e Ignazio La Russa,
hanno firmato il Protocollo
d'intesa per la conservazione
e valorizzazione del patrimonio
culturale di Milano.

In occasione del bicentenario, che cade nel 2009,
la Pinacoteca di Brera raddoppierà dimensioni nella sede storica - e il restauro, con ampliamento
e ammodernamento delle strutture, promettono,
sarà terminato per l'Expo 2015 - mentre l'Accademia traslocherà nella caserma Magenta di via Mascheroni.

Oltre all'attuale sede dove sono esposte le opere, Palazzo Citterio accoglierà dunque il patrimonio novecentesco, le collezioni Jesi e Zavattini, le donazioni dei privati (come la Fondazione Terruzzi), insieme alla biglietteria e al nuovo bookshop.

Ma non è tutto.

Tra gli altri beni culturali meneghini di cui si annuncia il restauro o l'apertura c'è la Sala delle Asse di Leonardo da Vinci nel Castello Sforzesco, la Beic, ossia la grande Biblioteca Europea di cui si parla da anni, un parco archeologico che sorgerà sulle rovine della città romana - che fu capitale dell'impero dal 286 al 402 d.C. -, mentre il Museo della Scienza sarà riorganizzato mettendo al centro la sua eredità leonardesca. Per quanto riguarda il programma del bicentenario, invero senza il “botto”, sono stati annunciati dalla soprintendente Sandrina Bandera una serie di mostre, concerti, conferenze e convegni.

Si parte a gennaio con Brera ospita: Caravaggio, tre dipinti del genio lombardo (Il ragazzo con canestro di frutta della Galleria Borghese, i Musici del Metropolitan Museum di New York e la versione della Cena in Emmaus oggi alla National Gallery di Londra, a confronto con quella posseduta dalla Pinacoteca) e col restauro del gesso della statua di Napoleone realizzato dal Canova.

Si prosegue ad aprile con Brera com'era: Paesaggi di Lombardia. 1817-1822, excursus sul paesaggio della Lombardia dedicato a Marco Gozzi e ai dipinti a lui commissionati dal viceré Eugenio di Beauharnais e poi dal presidente dell'Accademia, seguito dalla presentazione del restauro del celeberrimo Sposalizio della Vergine di Raffaello.

A giugno sarà la volta di Brera com'era: Il “Gabinetto dei ritratti dei pittori” di Giuseppe Bossi, omaggio a uno dei primi segretari dell'Accademia di Belle Arti. A ottobre si annuncia poi una mostra del Crivelli che ricostruirà due dei complessi più importanti realizzati dall'artista nell'ultimo decennio del Quattrocento: il restaurato Trittico di San Domenico e l'ancona del Duomo, entrambi provenienti da Camerino.

Chiude il programma una mostra, a novembre, dedicata ai documenti fotografici che testimoniano le vicissitudini subìte da Brera durante le due guerre.

Tutte le manifestazioni saranno realizzate dalla Soprintendenza per i Beni Storici, Artistici ed Etnoantropologici della Lombardia Occidentale, con la collaborazione della Direzione Regionale per i Beni Culturali e Paesaggistici della Lombardia e con il contributo di Civita e di Electa (che pubblicherà i cataloghi delle mostre).

Tutte iniziative interessanti, certo.

Ma sembra proprio di poter dire che manca il grande evento caratterizzante, la mostra-clou, in grado di (ri)lanciare veramente Brera in un'orbita internazionale degna della sua plurisecolare tradizione. Sono tutti eventi di “dimensioni contenute”, che non disturbano e non danno nell'occhio. Il che fa temere, per la Pinacoteca, che il 2009 sarà un'occasione sprecata. (elena percivaldi) link correlati

Une rencontre..

Il était une fois…
… deux femmes qui ne se connaissaient pas.

L’une revenait de Dubai, l’autre quittait Londres et bien plus.
Quelque part à Paris, elles se sont rencontrées.
Entourées de leurs bagages, elles ont partagé le même bout de table, l’une avec son thé au lait, l’autre avec son café serré.
D’abord, elles se sont souries.
Puis, elles ont parlé de tout, de rien, de leur peur de l’avion surtout.
L’une lisait Yasmina Khadra, l’autre Vogue.
Alors, elles ont discuté bouquins, mode, chaussures.
L’une portait de vieilles ballerines rose un peu trop serrées.
L’autre râlait car le talon de son escarpin était décollé. Puis elles ont partagé un croissant. Trop beurré pour l’une, pas assez croustillant pour l’autre mais bien trop cher assurément. Inévitablement, elles ont parlé de nourriture, de leur amour pour la bonne bouffe, la vie… et l’écriture.
- Vous écrivez ? demanda la première en voyant dépasser d’un sac un Moleskine tout écorné.
- Oui, répondit l’autre. Sur du papier ligné.
- Et bien moi, je préfère le papier quadrillé.
- Pensez-vous que nous nous reverrons ?
- Non, je ne crois pas.
- Alors, nous nous écrirons ?
- Assurément.
A la hâte, elles ont échangé leurs adresses, l’une sur un ticket de métro, l’autre sur un marque-page, puis elles sont reparties comme elles étaient venues, l’une dans ses vieilles ballerines rose, l’autre dans ses escarpins bariolés.

Seule la terrasse du café à conserver un petit bout du talon abandonné comme une preuve de cette rencontre irréaliste.
Les deux femmes ne se sont jamais revues mais n’ont jamais cessé d’écrire et de s’écrire. Quelques années plus tard, elles ont eu l’idée un tantinet saugrenue de correspondre sur un blog.

Aujourd’hui, elles vous proposent de les rejoindre pour un café ou une tasse de thé sur Le Théorème de l’Escarpin, une drôle d’aventure à 4 mains et 2 claviers qu’elles espèrent bien partager avec d’autres plumes comme celle de la très talentueuse Dalyna qui vous fera découvrir ses chroniques chaque mercredi matin.










les strings, les culottes..





Jusqu’à présent, je détestais
les strings.

Ou plutôt, je détestais l’image
de pétasse qu’ils donnaient.
Parce que je les voyais surtout dépassant du pantalon ultra
taille basse des filles dans
la rue .



Jusqu'au jour où j'ai essayé
un joli string de La Perla..
et de trouver que ça m'allait
si bien!

Cela dit, j'aime aussi les jolies
culottes.
Enfin, ce debat est tellement profond que
je vais le reprendre à tête reposée..



lundi 24 novembre 2008

trend : il bacio


Originali, frivoli e coloratissimi:
abiti e accessori tempestati di
bocche infuocate sono da
sempre un ammaliante divertissement
stilistico!

Tutto ebbe origine dalla mente geniale di
Salvador Dalì, che nel 1937 creò un
divano
in legno e satin seguendo la linea delle labbra
dell’attrice Mae West; in seguito, nei grintosi Anni ‘80 lo stravagante telefono versione red lips divenne un vero must have dell’arredamento, ricercatissimo ancora oggi da tutti i collezionisti.

Io trovo questo mood irresistibile!

dimanche 23 novembre 2008

Maria Sharapova, la più bella



























Maria Sharapova è probabilmente la tennista più bella del mondo, sicuramente la più glamour e quella che cura con più attenzione anche la sua immagine fuori dal campo.

Ma questo non vuol dire che valga poco nelle competizioni ad altissimo livello. Anzi.

Il 2008 lo chiude in nona posizione.
Inoltre la Sharapova è stata la prima tennista della storia a vincere a Winmbledon e a raggiungere la prima posizione nella classifica del WTA.






la buona musica per fare l'amore?


Dipende dal momento..
Anche voi avete una
compilation pronta all'uso in caso di serata a due con probabili
risvolti piccanti?
Una compilation adatta a creare
l'atmosfera migliore,a seconda dei gusti in materia, non solo musicale, per una lista di canzoni adatte a riscaldare l'ambiente.
Nel commercio, l'ultimo tentativo di compilation "da letto", é quello di una star del cinema hard, Rocco Siffredi, con la sua Sexy, Personal Selection, scaletta di canzoni pop pescate dagli ultimi vent'anni di musica, pubblicate da una major del disco e giudicate adatte all'uso dal "critico musicale" in prestito dal cinema.
Tra le tante selezionate, Sweet Harmony dei Beloved, Horny 98 di Mousse T, passando per Donna Summer, Lil' Louis e altri personaggi e brani più o meno azzeccati, a seconda delle preferenze.
Ma si sa, non per tutti la canzone giusta nel momento giusto, può essere la stessa.
Per un amplesso fugace,Justify My Love (Madonna)
Era nel pieno del momento più conturbate della sua carriera, quella Madonna in versione latex, pizzi e mascherina, piglio ambiguo e parole sussurrate da far rabbrividire, non dalla paura, s’intende. È la "fase sex" di lady Ciccone, la stessa che fa capolino nell’album Erotica e nel libro fotografico Sex. Il video della canzone è stato censurato in ogni dove. GUARDA IL VIDEO

Per un amplesso Hi Tech : Sex Object (Kraftwerk)“I don't want to be your sex object”, dicono gli ultra-tecnologici Kraftwerk, con la loro elettronica sofisticata, tra atmosfere industriali, sintetizzatori, ritmi meccanici e continui e quant’altro.
Ma l’avranno pensata veramente così? O piuttosto, il messaggio nel titolo avrà avuto diverse interpretazioni possibili. Agli sperimentatori, la risposta.

Per un amplesso dark : Rid Of Me (PJ Harvey) “Lick my legs, I'm on fire, Lick my legs of desire… I'll tie your legs , keep you against my chest”, grida la misteriosa, quanto diretta e parecchio furiosa PJ Harvey, nel suo microfono, sulle note scandite e simmetriche di Rid Of Me. Magari non saranno note adatte per i romantici-a tutti i costi, ma si sa, non sempre la canzone giusta è quella più “pulita”. GUARDA IL VIDEO
Per l'amplesso democratico : Everybody Here Wants You (Jeff Buckley)
Questo nome può mettere d’accordo tradizionalisti e sperimentatori, romantici incalliti e rocker-lovers.
Jeff Buckley è praticamente una garanzia. Che si tratti di Everybody Here Wants You, ballatona da luci soffuse per sua natura dall’inizio alla fine, o della più elettrica So Real, con i suoi cambiamenti d’umore e finale in crescendo, l’atmosfera è assicurata in entrambi i casi.
Per l'amplesso sanguigno : I Feel You (Depeche Mode)
In una compilation a tema che si rispetti, un posto assicurato anche per i Depeche Mode, con le loro atmosfere rarefatte, scure, ritmiche contagiose in puro formato decibel. I Feel You. “I feel you, your precious soul, I feel you and I am whole, I feel you, your rising sun, my kingdom comes”. E se lo dice Dave Gahan… perché non dargli credito?GUARDA IL VIDEO
E per l'amplesso trasgressivo : Roxanne (George Michael)
La cantavano i Police, poi George Michael ne ha fatto una cover jazzy e l’atmosfera si è fatta decisamente più calda.
La storia non è delle più felici, ma se in certe situazioni, l’atmosfera conta più delle parole, la cover può fare la sua bella figura.GUARDA IL VIDEO
Io scelgo Madonna, Depeche Mode e George Michael..e voi?